Stériles, non tissées… quelles compresses pour quels usages ?

Ecrit par Paul Musset, Docteur en pharmacie | publié le

Stériles, non tissées… quelles compresses pour quels usages ?

Pour faire face aux bobos du quotidien, tout le monde pense immédiatement au pansement. En complément ou en remplacement de ce dernier, la compresse peut également tenir un rôle clé. À quoi sert-elle exactement ? Quels sont les différents types de compresses ? Comment la choisir et l’utiliser ?

Qu’est-ce qu’une compresse de gaze ?

La différence entre compresse et pansement

Pour soigner une plaie, deux types de dispositifs peuvent être utilisés : la compresse et le pansement. Le plus souvent, après un nettoyage et une désinfection de la blessure, lorsque celle-ci est superficielle, un pansement suffit à la protéger et à la maintenir au sec.

Le pansement classique est composé de deux parties :

  • Une zone constituée de fibres qui reposera directement sur la chair lésée ;
  • Une partie adhésive pour maintenir le pansement en position

La zone constituée de fibres équivaut à une compresse, à la différence que celle-ci est attachée à une partie adhésive pour plus de praticité. Par ailleurs, il s’agit d’une compresse très fine dont la taille est limitée. C’est pourquoi elle ne peut être utilisée que sur une zone restreinte.

De son côté, la compresse est une pièce en fibre de coton, de polyester ou de viscose, tissée ou non, et qui se présente généralement sous la forme d’un carré ou d’un rectangle plié. Associée à un sparadrap, elle peut faire office de pansement pour une large lésion cutanée. Elle sert aussi à stopper un saignement et à nettoyer la plaie.

Les différents types de compresses de gaze

Compresses stériles et non stériles

Lorsque la plaie est susceptible de provoquer une infection, c’est-à-dire que des germes peuvent facilement y pénétrer, éviter la contamination de ces agents pathogènes est une priorité. Or, certains environnements peuvent être propices à la présence de bactéries. C’est notamment le cas du milieu médical. La compresse stérile a pour objectif de limiter ce risque, et c’est pourquoi son utilisation est privilégiée pour les opérations chirurgicales ou les actes médicaux. Elle est également disponible en Grande Distribution pour offrir aux familles un moyen sécurisé de traiter une plaie à la maison.

La compresse non stérile sert à nettoyer et protéger les plaies très superficielles non suintantes et dont le saignement est très léger (dermabrasions de type éraflure, écorchure, légère brûlure). Elle est destinée exclusivement au milieu non hospitalier.

Compresses tissées ou non tissées

Au-delà de la notion de stérilité, il faut distinguer les compresses non tissées de celles qui le sont. La différence se situe au niveau de la mission que doit remplir la compresse.

Pour nettoyer une blessure et la préparer à recevoir un soin, il est conseillé d’utiliser une compresse tissée. Elle possède une propriété hydrophile particulièrement développée qui lui permet de mieux absorber les liquides nécessaires aux soins (antiseptique, éosine…).

De son côté, la compresse non tissée sera plus utile pour faire office de pansement, car elle limite les risques d’adhérence aux fibres du tissu.

Compresses spécifiques : hémostatiques, désinfectantes…

La compresse de base peut servir à nettoyer et protéger toutes les plaies. Toutefois, dans certains cas, l’utilisation de compresses spécifiques peut apporter plus d’efficacité. Parmi ces dispositifs particuliers, nous pouvons citer :

  • La compresse hémostatique : idéale pour arrêter les saignements importants, elle permet d’accélérer le processus de coagulation du sang ;
  • La compresse désinfectante : elle est imbibée d’une solution antiseptique, ce qui la rend très pratique lorsqu’il faut désinfecter une blessure lors d’un déplacement ;
  • La compresse cicatrisante : elle favorise la réparation cutanée ;
  • La compresse contre les coups : elle est imprégnée dans une solution à base de calendula, ce qui permet de profiter des vertus apaisantes et anti-inflammatoires de la plante.

Comment choisir et utiliser une compresse ?

Compresse tissée ou non tissée : tout dépend du type de plaie

Chaque compresse répond à un besoin en particulier : la compresse tissée nettoie alors que la compresse non tissée est plutôt destinée à recouvrir et protéger une plaie.

Néanmoins, dans certains cas, la compresse non tissée peut également être privilégiée à la version tissée. Pour nettoyer une blessure sensible comprenant des fils de suture ou des agrafes, l’action doit être réalisée avec douceur. La compresse non tissée permet de répondre à ce critère, car elle est généralement composée de viscose ou de polyester. Ces matières rendent l’accessoire plus doux et limitent le risque d’accrochage sur une plaie suturée.

Compresses stériles non tissées : un accessoire idéal pour la toilette de bébé
À l’instar du carré de soin pour bébé, la compresse non tissée est un accessoire particulièrement adapté pour nettoyer tout en douceur la peau fragile des plus petits.

Bien utiliser une compresse : mode d’emploi

Pour nettoyer une plaie à l’aide d’une compresse stérile ou non sans propriétés spécifiques, il convient de :

  • Imbiber la compresse d’une solution nettoyante (eau savonneuse ou sérum physiologique) pour nettoyer la plaie et éliminer les débris qui pourraient s’être infiltrés sous la chair ;
  • Vaporiser ou verser une solution antiseptique sur une nouvelle compresse pour désinfecter la blessure ;
  • Disposer la compresse sur la blessure de sorte qu’elle recouvre bien la plaie, puis la maintenir en place à l’aide d’un sparadrap.

Les bons gestes pour limiter les risques d’infection :

Si l’utilisation d’une compresse stérile limite les risques de contamination de la plaie par des germes, certaines bonnes pratiques restent néanmoins indispensables pour assurer une cicatrisation de la blessure dans les meilleures conditions :

Se laver les mains soigneusement

Du fait des nombreux contacts établis avec les mains, ces dernières sont vectrices de bactérie. Avant toute intervention et toute manipulation d’une compresse, bien se laver les mains est essentiel. Pour préserver leur hydratation, il est préférable d’utiliser un point d’eau et du savon. Toutefois, lorsque la situation ne permet pas d’y avoir accès, l’utilisation d’un gel hydroalcoolique peut alors être une bonne alternative.

Compresse en guise de pansement : une surveillance accrue à prévoir

Bien souvent, si une compresse est privilégiée à un pansement classique pour recouvrir une plaie, c’est que la taille de la blessure est assez importante. En cas de plaie sanglante ou suintante, il faut impérativement surveiller l’évolution de la réparation cutanée. Un renouvellement des soins et un changement de la compresse plusieurs fois par jour sont conseillés. En cas de doute, il ne faut pas hésiter à prendre conseil auprès d’un pharmacien ou un professionnel de santé.

Pour permettre à la peau lésée de se réparer dans les meilleures conditions, la compresse fait partie des accessoires de premiers secours les mieux adaptés. Bien la choisir est un gage d’efficacité.

Les quatre points clés à retenir sur les compresses et pansements :

  • La différence entre le pansement et la compresse se situe principalement au niveau de son utilisation. Le pansement est un dispositif qui est constitué d’une petite compresse fixée sur une partie adhésive. La compresse est une pièce plus large qui peut remplir deux fonctions : nettoyer une plaie et la protéger en jouant le rôle de pansement ;
  • La compresse stérile est utilisée lorsque la plaie et ouverte et présente un risque infectieux. La compresse non stérile pourra être utilisée pour une dermabrasion légère ;
  • La compresse tissée est principalement utilisée pour nettoyer une plaie en vue de recevoir un soin. Le rôle de la compresse non tissée est de recouvrir et protéger la plaie comme le ferait un pansement. Cette dernière est plus douce et peut également servir à nettoyer une blessure sensible avec un risque d’adhérence élevé (plaie suturée, présence d’agrafes) ;
  • Avant d’utiliser une compresse sur une plaie, il convient de respecter des règles d’hygiène strictes comme se laver les mains à l’eau savonneuse ou au gel hydroalcoolique.
A propos de l'auteur
Paul Musset
Paul Musset
Docteur en pharmacie
Diplômé d’un doctorat en pharmacie de l’université de Reims, Paul Musset est passionné de médecine naturelle et de nutrition sportive. Il vous accompagne dans « Mon journal bien-être et beauté » en vous prodiguant ses conseils santé et bien-être.
Comment choisir son soin de toilette intime naturel ? Explications et conseils. ◀◀
Huile de nigelle : un soin aux multiples bienfaits ►►