15€ offerts chez Wonderbox pour toute commande* !

Protections solaires

Bien que les UV soient nécessaires à notre corps, pour assurer par exemple l’assimilation de la vitamine D, ils n’en représentent pas moins un risque avéré pour la peau en cas d’exposition prolongée et non préservée. Les vacances d’été et d’hiver sont l’opportunité de passer de longues heures en plein air et profiter pleinement des bienfaits du soleil. Et les occasions sont nombreuses : farniente sur la plage ou à la piscine, baignades, activités sportives, promenades, randonnées ou tout simplement se délasser sur la terrasse d’un café. La durée d’exposition aux UV est nuisible à la santé et, des « simples » coups de soleil, aux brûlures, jusqu’aux cancers de la peau, les dangers sont réels. Retrouvez dans votre parapharmacie en ligne Cocooncenter les meilleures crèmes solaires pour enfants et adultes. Voir plus

1-36 sur 472 produits

Quelles différences entre les rayons ultraviolets UVA, UVB et UVC ?

Le soleil émet de façon continue des UV. Les longueurs d’onde de ce rayonnement électromagnétique sont comprises entre 20 nm et 400 nm. Bien qu’elles soient invisibles, elles peuvent causer des dommages importants au corps humain. À noter qu’une longueur d’onde élevée développera moins d’énergie et sera par conséquent moins nocive. De plus, l’intensité des UV augmente selon l’altitude. Ils se déclinent en trois catégories :

  • les rayons ultraviolets A : les longueurs d’onde des UVA se situent entre 315 nm et 400 nm. Ils sont moins énergétiques, mais ont un pouvoir plus pénétrant qui pigmente rapidement la peau et déclenche l’effet de bronzage. Ils participent au vieillissement de la peau, mais également celui du cristallin ;
  • les rayons ultraviolets B : en partie stoppées par la couche d’ozone et entièrement par les nuages ou le verre, les longueurs d’onde des UVB sont entre 280 nm et 315 nm. Une surexposition peut entraîner des réactions inflammatoires allant de coups de soleil aux brûlures ;
  • les rayons ultraviolets C : avec des longueurs d’onde comprises entre 100 nm et 280 nm, les UVC sont par conséquent très dangereux. Mais ils ne franchissent pas la couche d’ozone.

Les UV ont une action bénéfique pour la santé, si tant est que la durée d’exposition soit maîtrisée et raisonnable. Ainsi, quelques minutes par jour permettent aux UVB d’assurer la synthétisation de la vitamine D et faciliter l’absorption du calcium et du phosphore par le corps humain. Ils sont également utiles pour le traitement de l’eczéma ou du psoriasis par exemple.

Connaître les risques encourus par une exposition non protégée

Au retour des beaux jours, à la suite d’un long hiver gris et froid, les premiers rayons du soleil sont attendus avec impatience. Le moral remonte, la peau blanche reprend progressivement des couleurs. Profiter de la chaleur, du beau temps retrouvé, de la caresse du soleil sur sa peau, autant de raisons de passer le plus de temps possible dehors. Malheureusement, les dangers liés à la durée d’exposition aux UV sont connus et réels.

Si les UVB sont responsables des cancers de la peau, les UVA, moins énergétiques, atteignent le derme et sont liés en partie à leur déclenchement. Un coup de soleil n'augmente pas les risques, mais un bronzage graduel grignote peu à peu le capital résistance aux UV de la peau et accélère le vieillissement cutané tout en favorisant l’apparition de cancers. Qu’ils soient d’origine naturelle ou de sources artificielles comme les lampes de bronzage, les ultraviolets ne sont pas sans conséquence :

  • l’impact des UV sur la peau : vieillissement cutané, coups de soleil, allergies, cancers (mélanomes, etc.) ;
  • les effets des UV sur les yeux : ophtalmie, cataracte, dégénérescence de la rétine.

95 % des UVA ne sont pas filtrés par l’atmosphère et atteignent la surface de la planète. Ainsi, et encore plus si vous êtes concernés par les cas suivants, prenez les mesures de protection très au sérieux :

  • grains de beauté congénitaux, atypiques, ou en grande quantité ;
  • antécédents familiaux de cancer de la peau ;
  • peau claire ;
  • yeux clairs ;
  • cheveux blonds, roux ;
  • traitement médical entraînant un risque de photosensibilité.

Face aux dangers occasionnés par les UV, respecter les durées et les horaires d’expositions, se prémunir et consulter au moins une fois par an un(e) dermatologue, pour contrôler l’évolution ou l’apparition de grains de beauté, est très important.

Comment se protéger efficacement du soleil ?

Une crème solaire est impérative, mais demeure insuffisante. Pour vous préserver des UV, vous devez respecter quelques règles que l’on peut qualifier de bon sens et qui vous éviteront le pire. Entre midi et 16 h, les UV sont au zénith de leur puissance. Étant donné qu’il est difficile de rester enfermés aux plus belles heures de la journée :

  • privilégiez les lieux ombragés ;
  • prenez en compte la réverbération de l’eau, du sable, de la neige (un parasol ne vous abrite pas complètement) ;
  • portez des vêtements secs ;
  • protégez le cou et la tête (casquette, chapeau, etc.) ;
  • mettez des lunettes de soleil adaptées aux UV (enfants et adultes) ;
  • renouvelez régulièrement la crème solaire (toutes les deux heures et systématiquement après la baignade).

À savoir : la crème solaire participe à la préservation de toutes les zones non couvertes contre les UV, mais ne permet nullement de vous exposer des heures durant sans risques. Seuls les vêtements assurent un écran total !

Quelle crème solaire choisir ?

La crème et son indice SPF (Sun Protection Factor ou en français : Facteur de Protection Solaire) ou IP (Indice de Protection) sont déterminés en fonction du phototype (type de peau), du lieu et de la période d’exposition.

La Commission européenne a mis en place une règle d’étiquetage des crèmes solaires :

  • faible protection : SPF 6 ;
  • protection moyenne : SPF 15, 20 et 25 ;
  • haute protection : SPF 30 et 50 ;
  • très haute protection : SPF 50 +.

La mention « écran total » n’est plus autorisée du fait que les crèmes solaires ne peuvent filtrer 100 % des UV. L’IP à employer dépend du type de peau et de l’âge. Les indices de haute protection et de très haute protection sont préconisés pour les enfants, les peaux et les yeux clairs, cheveux blonds ou roux. Tandis que les peaux mates ou noires pourront se contenter de protections plus faibles. Ces valeurs sont à harmoniser avec les saisons et les lieux d’expositions. C’est pourquoi une peau mate ou noire devra opter pour un indice 50 au ski et inversement, une peau claire se contentera d'un indice plus faible lors de courtes expositions au printemps.

En ce qui concerne leur composition, les crèmes solaires se déclinent en deux catégories soumises à réglementation :

  • les filtres minéraux (dioxyde de titane, oxyde de zinc) : ils empêchent les UV de pénétrer l’épiderme par réflexion ;
  • les filtres organiques ou chimiques : ils absorbent les UV.

À savoir : certaines crèmes solaires organiques et chimiques peuvent être sous forme nanométrique. Les substances concernées doivent alors spécifier la mention « nano » sur l’emballage.

Pour lutter efficacement contre les rayons UVB, le SPF (ou IP) représente le critère essentiel pour choisir votre protection solaire. Pour se prémunir des UVA, un logo vous informe de son action supplémentaire. S’il n’est pas obligatoire, de nombreuses marques le recommandent et l’utilisent. D’autres formulations peuvent cependant apparaître.

Effectuez votre choix sereinement dans votre boutique en ligne parmi les meilleures marques (Bioderma, Avène, la Roche-Posay, Vichy, etc.), selon la forme du produit recherché (baume, crème, huile, etc.). Chez Cocooncenter vous trouverez un large choix de solutions dont des produits bio, vegan et fabriqués en France.

Quelle crème pour les bébés, les enfants, les ados ?

Quand il s’agit de protection solaire, une attention spéciale doit être portée aux enfants, et plus encore aux bébés.

  • bébé : il doit impérativement être habillé d’un chapeau et de vêtements légers, voire de vêtements anti-UV, et être abrité dans un endroit ombragé. Il ne doit PAS être exposé au soleil ;
  • enfants et adolescents : seuls les vêtements offrent une réelle barrière aux UV. Aussi, en été, hors baignades, enfilez un vêtement sec et mettez une casquette ou un chapeau.

Les indices de protection les plus élevés sont à privilégier. Jusqu’à la puberté, les yeux et la peau sont extrêmement fragiles et particulièrement sensibles aux rayons ultraviolets. Des expositions répétées seront responsables de l’apparition des mélanomes à l’âge adulte. De même, des lunettes de soleil sont indispensables. En effet, au cours de l’enfance et de l’adolescence, le cristallin est transparent et n’est pas encore en mesure de se prémunir naturellement des UV.

Pour approfondir :

Nos articles sur les gestes à adopter au soleil

Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter pour bénéficier de nos offres privilèges
×
Service Client
Fermé
Service Client
09 80 80 25 10
Du lundi au vendredi / 9h à 18h