Comment lire un tensiomètre :
explications et conseils

Ecrit par Paul Musset, Docteur en pharmacie | publié le

Comment lire un tensiomètre : explications et conseils

Stress, fatigue, âge, grossesse, diabète… Nombreux sont les facteurs qui font varier la tension, soit trop haut, soit trop bas. Lorsque cela arrive, il est important d’apprendre à la surveiller pour agir en conséquence et prévenir les risques pour la santé. Pour y parvenir, un accessoire peut vous y aider : le tensiomètre. Comment l’utiliser et comment interpréter les résultats sans se tromper ?

Pourquoi faut-il faire attention à sa tension : explications

La tension artérielle : qu’est-ce que c’est ?

La tension artérielle correspond à la pression sanguine qui réside à l’intérieur des artères. En effet, c’est grâce à la mise en tension des parois des artères que le sang peut correctement circuler dans l’ensemble du corps et nourrir les organes. Lorsque le cœur opère une contraction (systole), il éjecte le sang vers les artères qui vont se dilater lors de son passage. Elles vont ensuite se contracter en attendant la prochaine propulsion de sang. Ce rythme coïncide avec les pulsations cardiaques.

La mesure de la tension artérielle permet de faire ressortir deux valeurs qui correspondent à :

  • La pression maximale lorsque le cœur éjecte le sang dans les artères qui se dilatent. Il s’agit de la pression systolique ;
  • La pression minimale au moment de la contraction des artères dans l’attente du nouveau flux sanguin. Il s’agit de la pression diastolique.

Une pression artérielle normale se situe en moyenne à 12 cmHg (centimètre de mercure) pour la systolique et 8 cmHg pour la diastolique.

Tension artérielle et nerveuse : le grand amalgame
Bien souvent, nous avons tendance à assimiler la tension artérielle à la tension nerveuse. La confusion vient du fait que la tension nerveuse fait référence à un état de stress, qui peut, par le biais d’une accélération du rythme cardiaque faire augmenter ponctuellement la tension artérielle. Une fois le corps apaisé, celle-ci redescend spontanément. En revanche, une hypertension artérielle peut tout à fait exister sans qu’aucune nervosité n’en soit à l’origine. Il n’y a donc pas dans ce sens de lien de cause à effet.

Tension anormale : comment la reconnaître ?

Hypotension : symptômes et interprétation

L’hypotension correspond à une tension artérielle trop faible. Elle peut être causée par une grande fatigue et se traduit généralement par une sensation de faiblesse accompagnée de vertiges et d’étourdissements. Le plus souvent, l’hypotension reste transitoire et n’est pas une maladie en soi. Toutefois, elle peut également être le signe d’un trouble dans l’organisme, qui doit conduire à une consultation si l’hypotension persiste sur la durée.

Certaines personnes sont davantage exposées au risque de faire de la baisse de tension. C’est notamment le cas des femmes enceintes et des personnes âgées.

Hypertension : causes et conséquences

L’hypertension artérielle correspond à l’inverse à une augmentation anormale et durable de la pression sanguine dans les artères. Au niveau des chiffres, l’hypertension est considérée comme telle lorsque, sur une période de 3 à 6 mois, les mesures prises lors de 3 consultations successives atteignent 14 pour la pression systolique et 9 pour la pression diastolique.

Si l’hypotension est souvent transitoire et sans danger, l’hypertension exige plus de vigilance, car elle peut être responsable de troubles cardiaques et vasculaires. Lorsqu’elle est diagnostiquée, l’hypertension nécessite généralement une surveillance médicale et un traitement. Par ailleurs, les patients peuvent être amenés à effectuer eux-mêmes un contrôle régulier de leur tension. Pour ce faire, le tensiomètre devient alors un équipement indispensable.

Comment lire un tensiomètre : méthode et conseils

À quoi ressemble un tensiomètre ?

Le tensiomètre se présente le plus souvent sous la forme d’un boîtier entouré d’un brassard élastique gonflable.

L’appareil est en général électronique ou manuel. Il existe toutefois des tensiomètres dernière génération en version connectée.

Pour une utilisation à domicile, c’est le tensiomètre électronique qui est souvent privilégié.

Au niveau de l’utilisation, deux versions sont disponibles : le tensiomètre bras ou poignet.

Le tensiomètre bras est le plus classique. C’est aussi celui qui est préconisé par les professionnels de santé, car, dans la mesure où la localisation est plus proche du cœur, le résultat est considéré comme plus fiable.

Le tensiomètre poignet est plus facile à utiliser. En revanche, il nécessite un positionnement précis pour obtenir une mesure fiable.

À quel rythme utiliser un tensiomètre ?

La fréquence de mesure de la tension dépend le plus souvent du contexte médical. Il est donc nécessaire de se rapprocher de son médecin pour connaître la règle à suivre.

Néanmoins, le plus souvent, voici les moments de la journée qui sont préconisés pour mesurer sa tension de manière efficace :

  • Le matin, à jeun et avant toute prise de médicament ;
  • Le soir, entre le repas et le coucher.

Pour vérifier la justesse du résultat, il est également conseillé de procéder à 3 mesures à quelques minutes d’intervalle lors de chaque prise.

Comment prendre la tension artérielle avec un tensiomètre : pas à pas

Comment lire la tension sur un tensiomètre au bras ou au poignet ? Voici les étapes à suivre.

1. Se mettre dans de bonnes conditions

Avant tout, pour ne pas fausser les résultats à cause d’une nervosité passagère, il faut agir à un moment de calme. Si vous venez de faire un effort ou si vous ressentez de l’anxiété, prenez le temps de vous relaxer et de bien respirer. En général, il est préconisé de rester assis au moins 5 min dans le calme avant de prendre sa tension.

2. Bien positionner l’appareil

Que ce soit une version bras ou poignet, suivez les instructions fournies avec l’appareil pour positionner correctement le tensiomètre.

Pour une prise au bras, il vous faut allonger votre avant-bras sur une surface plane, main ouverte et paume dirigée vers le haut. Le brassard doit être positionné juste au-dessus du pli du coude.

Pour une prise au poignet, vous devez poser votre coude sur une table et relevez l’avant-bras jusqu’à ce que le poignet soit à hauteur du cœur. La main doit être détendue et dans l’alignement du poignet (ne pas le plier).

3. Lancer la mesure

Pour actionner le tensiomètre, il vous suffit d’appuyer sur le bouton prévu à cet effet

4. Comprendre les valeurs

Une fois la mesure effectuée, plusieurs valeurs s’affichent :

  • La première correspond à la pression artérielle systolique : la norme se situe autour de 12 ;
  • La seconde correspond à la pression artérielle diastolique : la norme se situe autour de 8 ;
  • La troisième valeur affichée correspond au rythme cardiaque.

L’interprétation du résultat est en général réservée à un professionnel de santé. Le plus souvent, si vous êtes suivi pour un souci d’hypertension, votre médecin vous demande de noter vos résultats pour pouvoir effectuer un bilan lors de votre prochain rendez-vous. En cas de doute ou si votre tension vous semble trop élevée sur plusieurs prises (à partir de 14 pour la pression systolique et 9 pour la pression diastolique), nous vous conseillons de contacter votre médecin pour établir la marche à suivre.

La tension artérielle fait partie des signaux à surveiller au quotidien dans certaines pathologies. Pour pouvoir effectuer un contrôle régulier en toute autonomie, bien savoir utiliser et lire un tensiomètre est une priorité.

Les trois poins clés à retenir pour utiliser un tensiomètre :

  • La tension artérielle correspond à la pression du sang exercée sur les artères lors de son passage ;
  • Les valeurs normales d’une tension artérielle sont de 12 pour la pression systolique et de 8 pour la diastolique ;
  • Pour bien lire un tensiomètre, il convient de l’utiliser selon les instructions de l’appareil en question. La prise de tension doit être effectuée en 3 fois à quelques minutes d’écart pour obtenir un résultat fiable.
A propos de l'auteur
Paul Musset
Paul Musset
Docteur en pharmacie
Diplômé d’un doctorat en pharmacie de l’université de Reims, Paul Musset est passionné de médecine naturelle et de nutrition sportive. Il vous accompagne dans « Mon journal bien-être et beauté » en vous prodiguant ses conseils santé et bien-être.
Cosmétiques solides : 3 raisons d’en faire vos nouveaux alliés beauté ◀◀
Micronutrition : quel apport nutritionnel privilégier pour rester en bonne santé ? ►►