Règles douloureuses :
Comment atténuer les douleurs menstruelles ?

Ecrit par Paul Musset, Docteur en pharmacie | publié le | mis à jour le 30/03/2020

Règles douloureuses : Comment atténuer les douleurs menstruelles ?

Certaines femmes ont la chance de vivre des périodes menstruelles sereines, tandis que d’autres ressentent des douleurs parfois intenses qui perturbent la vie quotidienne. Pourquoi ? Comment éviter ces manifestations douloureuses ?

La dysménorrhée : les symptômes

La dysménorrhée est un ensemble de symptômes douloureux qui se manifestent au cours des quelques jours précédant les règles, ou bien pendant ou même en fin de période de règles.

Les douleurs des règles se situent au niveau du bas-ventre, mais peuvent parfois irradier dans le dos ou les cuisses. Oui, un mal de dos peut être dû aux règles ! Les douleurs peuvent être sourdes et lancinantes, ou bien d’une nature plus spasmodique (comme des coliques). Elles peuvent aller et venir au cours de la journée et leur intensité est variable. Dans certains cas, des règles très douloureuses peuvent devenir invalidantes dans la vie quotidienne. Dans les cas les plus prononcés, ces douleurs peuvent s’accompagner de maux de tête, de diarrhées ou de nausées.

La dysménorrhée peut être primaire ou secondaire. Elle est dite primaire chez la jeune fille, lorsqu’elle survient dans les 18 premiers mois après la puberté, et elle est idiopathique (sans cause organique) dans la plupart des cas. On parle de dysménorrhée secondaire lorsqu’elle apparait soudain au cours de la vie, et il peut être important d’en rechercher les causes pour vérifier qu’il n’y a aucune maladie ni lésion récemment apparue.

Quelles sont les causes des règles douloureuses ?

Dans la majorité des cas, heureusement, on ne trouve pas de cause organique aux douleurs des règles. Cependant, chez la jeune fille, elles peuvent être le révélateur d’une anomalie au niveau de l’utérus, des ovaires ou des tissus du bas-ventre, ce qui est préférable de contrôler. Ces douleurs peuvent être également causées en raison de l'absence de perforation de l’hymen.

Une dysménorrhée secondaire peut se produire dans une période de changement hormonal comme la préménopause, mais elle peut aussi être provoquée par des infections génitales, des inflammations de l’appareil génital (comme les trompes), d’autres lésions de l’utérus ou des ovaires (fibromes, polype, kyste...) ou une endométriose (voir encadré ci-dessous).

C’est pourquoi, si les douleurs apparaissent soudainement, ou si elles s’accompagnent de pertes anormales ou d’autres symptômes, ou encore si elles deviennent invalidantes et/ou chroniques, il est important de consulter votre médecin. Il pourra pratiquer un examen clinique, une échographie ou même une IRM pour diagnostiquer une cause éventuelle des règles douloureuses.

Une cause possible de douleur des règles : l’endométriose
Cette maladie, qui toucherait environ 10 % des femmes, n’est pas toujours facile à diagnostiquer. Il s’agit d’une migration des cellules de l’endomètre (ce tissu qui tapisse l’utérus et s’épaissit chaque mois en prévision d’une éventuelle grossesse) vers d’autres régions de l’abdomen, en passant par les trompes de Fallope. Ces cellules, qui sont normalement éliminées par le vagin au moment des règles, demeurent alors actives et se fixent sur d’autres tissus. Elles se multiplient et restent sensibles aux cycles hormonaux. Elles provoquent donc des symptômes inflammatoires et douloureux là où elles sont fixées. En cas de douleurs abdominales chroniques au moment des règles, il faut se faire examiner pour rechercher une éventuelle endométriose, car celle-ci peut, dans certains cas, entrainer une infertilité.

Quels sont les facteurs favorisant les douleurs des règles ?

Beaucoup de femmes l’ont expérimenté, les périodes de stress important peuvent augmenter les symptômes du syndrome prémenstruel ou les douleurs menstruelles. En effet, certaines hormones libérées en plus grandes quantités en cas de stress (cortisol et adrénaline) favorisent la production de molécules appelées prostaglandines, parmi lesquelles certaines ont des effets inflammatoires sources de douleurs.

Une mauvaise hygiène de vie peut augmenter le risque de dysménorrhée : le tabagisme, l’alcool, la sédentarité, le surpoids, un excès de consommation de sucres rapides (qui augmentent la quantité d’insuline, favorisant ainsi la production de prostaglandines)...

Le facteur génétique semblerait avoir un rôle puisque les femmes d’une même famille (mère, fille, sœurs) ont souvent la même tendance à avoir des règles douloureuses. Une puberté précoce tendrait aussi à favoriser la dysménorrhée, tout comme le port de certains stérilets.

Quels sont les traitements envisageables contre la dysménorrhée ?

Que faire en cas de règles douloureuses ? Le traitement des douleurs des règles le plus courant et le plus efficace reste la prise d’anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), qui agissent notamment en bloquant la production de ces fameuses prostaglandines pro-inflammatoires. L’ibuprofène est la molécule la plus prescrite, mais il y en a d’autres. L’inconvénient de ces produits est qu’ils peuvent avoir des effets secondaires.

Les gynécologues décident parfois la prescription de contraceptifs qui vont diminuer les symptômes du syndrome prémenstruel ou de la dysménorrhée. Il peut s’agir de certaines pilules, souvent des progestatifs uniquement, mais aussi d’un type particulier de stérilet.

En prévention, on peut essayer de consommer moins d’aliments favorisant la production de ces fameuses prostaglandines (viande rouge, sucre...) et plus d’aliments riches en vitamines C et B ainsi qu’en magnésium et en oméga-3, qui jouent un rôle dans la réduction des phénomènes inflammatoires.

Peut-on lutter contre la douleur des règles par des moyens naturels ?

Les règles douloureuses ont leurs solutions médicales, mais avant d’en arriver aux médicaments, on peut déjà essayer quelques astuces parfaitement naturelles. Par exemple, apprendre à mieux gérer le stress et l’anxiété peut être d’un grand secours, et de nombreux moyens existent dans ce but : relaxation, méditation, phytothérapie... mais aussi les sports doux comme la natation ou la marche.

Parmi les médecines douces, l’acupuncture donne habituellement de bons résultats pour le traitement du mal de ventre dû aux règles.

Lorsque la douleur est là, la chaleur peut avoir un effet décontractant et apaisant. Prendre un bain chaud ou se mettre une bouillotte sur le ventre calmera les douleurs qui ne sont pas trop violentes.

Pour un meilleur équilibre féminin et pour lutter notamment contre les symptômes du syndrome prémenstruel (qui associe des douleurs et des tensions à des troubles émotionnels), il existe des compléments alimentaires sûrs et naturels, très efficaces. Vous en trouverez toute une gamme sélectionnée avec soin par Cocooncenter.

Toutes les femmes ne sont pas égales face aux douleurs des règles. Pour ne pas voir vos activités perturbées chaque mois, faites-vous examiner et trouvez la solution qui vous convient le mieux !

Les trois points clés à retenir sur les règles douloureuses :

  • 30 à 50 % des femmes ressentent des douleurs au moment des règles. Ne vous inquiétez pas outre mesure, car dans la plupart des cas, aucune maladie n’en est à l’origine ;
  • Quand consulter ? Si la dysménorrhée perturbe votre vie quotidienne, si elle s’accompagne d’autres symptômes comme de la fièvre ou des pertes anormales, si les anti-inflammatoires ne sont pas efficaces, il est nécessaire de consulter votre médecin ;
  • En l’absence de cause identifiée, n’hésitez pas à appliquer tous nos conseils antistress et profitez des moyens naturels qui permettent à votre organisme de limiter sa réaction inflammatoire.
A propos de l'auteur
Paul Musset
Paul Musset
Docteur en pharmacie
Diplômé d’un doctorat en pharmacie de l’université de Reims, Paul Musset est passionné de médecine naturelle et de nutrition sportive. Il vous accompagne dans « Mon journal bien-être et beauté » en vous prodiguant ses conseils santé et bien-être.
Désagréments du rasage : comment les éviter ? ◀◀
Beauté des pieds : Comment intégrer le soin des pieds dans nos rituels beauté ? ►►