Quelles sont les carences responsables des maux de l’hiver ?

Ecrit par Paul Musset, Docteur en pharmacie | publié le

Quelles sont les carences responsables des maux de l’hiver ?

En hiver, les nutriments se font parfois désirer, ce qui rend le corps plus vulnérable à la fatigue et à l’attaque des virus. Quelles sont les carences alimentaires les plus fréquentes en hiver ? Comment les détecter et quelles sont les solutions pour y remédier ? Faisons le point sur les moyens d’armer notre organisme au mieux pour passer la saison hivernale en toute sérénité.

Carences alimentaires : définition et moyens de les détecter

Qu’est-ce qu’une carence alimentaire ?

Une carence alimentaire apparaît lorsque certains nutriments essentiels au bon fonctionnement de l’organisme sont présents en trop faible quantité dans le corps. Ces nutriments se divisent en deux catégories :

· Les macronutriments
Il s’agit du sucre (glucides), des graisses (lipides) et des protéines. Ils forment la majeure partie des nutriments indispensables à l’organisme. Ce sont principalement eux qui vont assurer un apport en énergie suffisant, sous la forme de calories.

· Les micronutriments
Il s’agit des vitamines, des minéraux, des oligo-éléments, des acides gras et aminés. Ils sont présents en petite quantité et n’ont aucune valeur énergétique, mais leur rôle est primordial au maintien de la vie.

Chaque micronutriment exerce une action qui contribue à garder les individus en bonne santé. En voici quelques exemples :

  • Les vitamines B agissent au niveau des muscles en leur fournissant l’énergie nécessaire à leur bon fonctionnement ;
  • Les vitamines A, C, et E assurent une bonne protection contre les infections. Elles contribuent donc au renforcement du système immunitaire ;
  • Les minéraux tels que le calcium et le magnésium sont essentiels pour garantir une bonne résistance osseuse.

Les carences responsables des maux hivernaux : causes, symptômes et conséquences

En hiver, les virus et le froid sont les principaux adversaires contre lesquels l’organisme doit se battre. En effet, le froid entraîne une dépense énergétique conséquente pour conserver une température corporelle normale. De ce fait, les besoins nutritionnels sont importants pour pallier cette consommation d’énergie.

Par ailleurs, en hiver, certains nutriments sont plus complexes pour le corps à synthétiser, car leur source est plus difficile à trouver. Il s’agit notamment de la vitamine D, car son plus gros fournisseur est le soleil. Or, la vitamine D fait partie des micronutriments utiles pour lutter contre les états dépressifs et le blues hivernal ressenti par de nombreuses personnes. Elle participe également au maintien des défenses naturelles.

Enfin, l’hiver, les nutriments sont plus difficiles à trouver dans l’alimentation, car les fruits et les légumes frais se font plus rares. Or, il s’agit d’une source essentielle de vitamines.

Lorsque l’apport nécessaire en nutriments n’est pas à la hauteur du besoin métabolique de base, cela se traduit le plus souvent par de la fatigue ou un état morose. Par ailleurs, d’autres signes peuvent être évocateurs d’une carence. En voici quelques-uns :

  • Une perte d’appétit ;
  • Un teint terne ;
  • Une forme d’alopécie (chute des cheveux) ;
  • Des troubles intestinaux ;
  • Une baisse de la concentration ;
  • Une plus grande vulnérabilité face aux virus.

Quels sont les profils plus concernés par les carences ?

En premier lieu, les personnes les plus exposées aux carences alimentaires sont les femmes enceintes. En effet, durant la grossesse, l’organisme puise dans les réserves de la future maman pour assurer un apport nutritionnel suffisant au fœtus en développement.

Par ailleurs, les enfants peuvent aussi souvent être victimes de carence en fer, car ce minéral joue un rôle essentiel dans leur croissance et leur développement cérébral. Son besoin est donc important.

Le poids joue-t-il un rôle ?
Tout naturellement, nous pourrions penser que le poids joue un rôle dans l’exposition aux carences. Pourtant, il n’en est rien, car tout dépend du régime alimentaire adopté. Une personne présentant un poids important peut facilement souffrir de carences si son alimentation n’est ni variée ni équilibrée.

Pallier une carence alimentaire en hiver : les bons réflexes

Bien garnir son assiette : quel aliment privilégier ?

En hiver, les principales carences responsables des maux d’hiver sont liées au manque de vitamine B, C et D. Le zinc joue également un rôle clé dans la lutte contre les virus. Pour limiter ces phénomènes de carences, voici une liste de quelques aliments à privilégier au menu durant cette période froide et fatigante :

  • Pour la vitamine B : les produits laitiers, le poisson et le jaune d’œuf ;
  • Pour la vitamine C : les agrumes, les poivrons, les choux et les brocolis ;
  • Pour la vitamine D : les poissons gras (hareng, maquereaux, saumon…), les champignons ;
  • Pour le zinc : la viande rouge, les crustacés, les légumineuses, les fruits à coque.

Choisir un bon complément alimentaire

En parallèle d’une alimentation saine, un soutien sous forme de compléments alimentaires spécifiques à la micronutrition est une bonne alternative pour limiter les risques de développer des carences. Vous pouvez par exemple trouver des compléments alimentaires enrichis en zinc ou des formules spécifiques pour lutter contre les carences en magnésium.

Ces compléments existent sous forme de comprimés ou de gélules et peuvent se prendre de manière ponctuelle ou en cure toute l’année. Dans tous les cas, avant de prendre un nutriment sous forme de complément, nous vous recommandons de prendre conseil auprès d’un professionnel de santé.

Adopter les bonnes pratiques pour éviter la carence

Outre le complément spécifique à une vitamine ou à un minéral en particulier, vous pouvez anticiper le risque de carence en adoptant quelques bonnes pratiques. Voici quelques conseils qui vous permettront de mettre toutes les chances de votre côté pour passer un hiver à l’abri des carences :

  • Faire une cure de vitamines : pour préparer l’hiver et apporter à votre corps un maximum de nutriments pour affronter cette saison froide, la cure multivitaminée est un bon moyen de limiter les risques de carences. Ce programme consiste à consommer quotidiennement sur une période d’un à deux mois un complément alimentaire composé de tous les nutriments indispensables au bon fonctionnement de l’organisme ;
  • Manger varié et équilibré : c’est la base d’une bonne hygiène de vie. Par ailleurs, il convient de rappeler que les compléments alimentaires n’ont pas pour objectif de remplacer une bonne alimentation ;
  • Bien dormir : le sommeil est vital et permet à l’organisme de se régénérer.

Pour offrir au corps un bon moyen d’éviter les carences alimentaires, rien de tel que de l’aider à faire le plein de vitamines, de minéraux et de tous les nutriments utiles à l’organisme. Pour un corps en pleine santé, une bonne alimentation est la clé du succès.

Les trois points clés à retenir sur les carences alimentaires :

  • L’hiver est propice aux carences, car il s’agit d’une saison où les dépenses énergétiques du corps sont plus élevées et durant laquelle les nutriments au sein de l’alimentation peuvent se faire plus rares ;
  • Pour pallier une carence spécifique, il existe des compléments alimentaires spécifiques (compléments alimentaires en fer, magnésium, zinc, vitamine D, C…) ;
  • Une bonne hygiène de vie en parallèle de la prise de compléments alimentaires est indispensable pour optimiser leur efficacité.
A propos de l'auteur
Paul Musset
Paul Musset
Docteur en pharmacie
Diplômé d’un doctorat en pharmacie de l’université de Reims, Paul Musset est passionné de médecine naturelle et de nutrition sportive. Il vous accompagne dans « Mon journal bien-être et beauté » en vous prodiguant ses conseils santé et bien-être.
Prendre soin de ses mains en hiver avec la cold cream ◀◀
Les bienfaits de l’huile de foie de morue ►►