Renforcer son système immunitaire pour mieux résister aux agressions microbiennes

Ecrit par Paul Musset, Docteur en pharmacie | publié le | mis à jour le 30/03/2020

Renforcer son système immunitaire pour mieux résister aux agressions microbiennes

Nos défenses immunitaires constituent un système complexe qui nous protège d’une multitude d’agressions extérieures tout au long de l’année. C’est lorsqu’il montre une défaillance que l’on prend conscience de son importance. Voici comment l’aider à rester efficace.

Comment fonctionne le système immunitaire ?

Le système immunitaire est un ensemble très complexe d’organes (les organes lymphoïdes : thymus, moelle osseuse, rate, amygdales, ganglions ainsi que le système digestif), de cellules et de protéines dont le rôle est de différencier ce qui appartient à l’organisme des intrus, et de neutraliser ces derniers : virus, bactéries, champignons, parasites...

Comment agissent nos défenses immunitaires en cas d’agression par un pathogène ? Il y a deux sortes de réactions.

La réponse non spécifique : l’organisme n’a pas besoin de « reconnaître » l’intrus pour commencer à nous protéger. La peau est notre premier rempart contre les ennemis. Sa flore microbienne bénéfique, sa sécheresse relative et son acidité empêchent normalement de nombreux intrus de pénétrer dans l’organisme. Il y a aussi des réactions de type éternuements, toux, sécrétions nasales et bronchiques, larmes... qui servent à évacuer les microbes. Enfin, l’inflammation locale est aussi une réaction de défense : en cas de blessure, la peau rougit car l’afflux de sang augmente pour amener des globules blancs (phagocytes) qui « mangent » les microbes, tandis que des protéines appelées interférons empêchent la multiplication des virus, et que la fièvre accélère les réactions cellulaires.

La réponse spécifique ou acquise : elle s’exerce en apprenant à reconnaître les différents « ennemis » et à les combattre chacun en fonction de ses spécificités. Les lymphocytes B, d’autres types de globules blancs, produisent des anticorps différents pour chaque agent pathogène, ou même pour les cellules tumorales. Les anticorps s’y accrochent et les amènent aux lymphocytes T, dits cytotoxiques, qui les détruisent. La seconde confrontation avec un microbe est beaucoup plus efficace que la première, puisque l’organisme sait tout de suite le reconnaître. C’est pourquoi certaines maladies ne s’attrapent qu’une fois.

La peau, une défense à chouchouter
Notre peau est la première barrière contre les agresseurs microscopiques. S’il est essentiel de rester propre, il ne faut pas non plus exagérer et vouloir stériliser son environnement. De même, il faut veiller à ne pas agresser la peau avec un récurage trop intensif ou des produits décapants, ce qui détruirait le film hydrolipidique protégeant son intégrité, et éliminerait sa flore microbienne bénéfique.

Les ennemis de nos défenses immunitaires

Ce système de défense a beau être extrêmement perfectionné, il repose cependant sur un équilibre fragile qui peut être perturbé par certains facteurs :

  • La fatigue, le manque de sommeil ;
  • Le froid ;
  • L’absence d’activité physique régulière ;
  • L’alcool et le tabac ;
  • Le surpoids ;
  • Le manque d’aération et d’exposition à la lumière ;
  • Le stress chronique (des recherches récentes montrent que le stress prolongé modifie l’expression des gènes des globules blancs, les rendant hyperactifs : ils créent une inflammation permanente et s’attaquent même aux cellules saines) ;
  • Certains médicaments, comme la chimiothérapie ;
  • Une carence en certains nutriments (voir ci-dessous).

Quels sont les nutriments qui soutiennent le système immunitaire ?

  • Le fer : une carence en fer réduit l’efficacité des phagocytes et des lymphocytes. Où on en trouve : tofu, viande, abats, poisson, moules, lentilles...
  • Le sélénium : il a un effet antioxydant qui protège les globules blancs. Où on en trouve : fruits de mer, noix du Brésil, poisson...
  • Le cuivre favorise la réaction des anticorps contre les antigènes. Où en trouve : abats, noix, fruits de mer, légumineuses...
  • Le zinc participe au bon fonctionnement du thymus, important organe lymphoïde. Où on en trouve : viandes, fruits de mer, poissons, œufs...
  • Le magnésium stimule la production des globules blancs. Où on en trouve : céréales complètes, graines, fruits secs, cacao…
  • La vitamine A est nécessaire au fonctionnement de cellules souches spéciales qui s’activent uniquement dans des situations d’urgence comme une infection microbienne. Où on en trouve : foie, abats, jus de carotte, patate douce, citrouille…
  • La vitamine E renforce la réponse immunitaire non spécifique chez les personnes âgées notamment. Où on en trouve : huiles de noix et de noisettes, de germes de blé, de tournesol, de foie de morue...
  • La vitamine C est un antioxydant et elle favorise la production et l’action des phagocytes. Où on en trouve : fruits et légumes frais (cassis, kiwi, orange, citron, poivron...)
  • Les prébiotiques sont ces fibres végétales qui favorisent le bon développement de la flore intestinale. Où on en trouve : fruits, légumes.

Comment renforcer le système immunitaire grâce à une bonne hygiène de vie ?

En cas d’infections microbiennes à répétition, on peut supposer que le système immunitaire montre quelques faiblesses et qu’il est urgent d’en prendre soin.
Pour cela, de bonnes habitudes de vie sont déjà une base essentielle : pratiquer une activité physique équivalant à au moins 30 minutes de marche quotidienne, ne pas fumer, éviter l’alcool, s’exposer suffisamment à la lumière extérieure été comme hiver, s’hydrater convenablement, dormir au moins 8 heures par nuit et manger à heures régulières, c’est déjà un bon départ.

Côté alimentation, on peut augmenter sa consommation d’aliments riches en nutriments favorisant la réponse immunitaire, mais aussi en aliments fermentés (choucroute, kéfir, yaourts...) appréciés de la flore intestinale, ou riches en oméga 3, sans oublier l’ail, l’oignon et les bonnes herbes comme le thym.

Enfin, tout ce qui contribue à éviter que le stress ne devienne chronique peut être utile. De nombreuses études montrent que la pratique régulière de la méditation ou d’autres disciplines comme le Qi Gong améliorent la réponse immunitaire.

Des compléments alimentaires aux propriétés reconnues

Il est parfois difficile d’avoir une alimentation parfaitement saine et favorable à nos défenses immunitaires. Pour compenser, les compléments alimentaires sont d’un grand secours, pratiques et bien dosés en fonction des besoins de l’organisme. Cocooncenter propose toute une gamme de compléments alimentaires de qualité et de produits naturels connus pour booster le système immunitaire, comme l’échinacée, les huiles essentielles, la gelée royale, les vitamines et oligo-éléments... Sans oublier les préparations à base de souches microbiotiques qui peuvent être utiles lorsqu’une infection ou un traitement met à mal notre précieux microbiote intestinal.

Nos défenses immunitaires travaillent sans relâche : sans elles, les milliards de virus et bactéries avec lesquels nous sommes en contact ne nous laisseraient aucun répit. C’est une armée bien organisée, mais elle a besoin de moyens : à nous de lui fournir des conditions de travail idéales !

Les trois points clés à retenir pour renforcer le système immunitaire :

  • L’efficacité immunitaire n’a que peu à voir avec le patrimoine génétique, mais bien plus avec l’hygiène de vie et l’histoire individuelle d’exposition à des agents pathogènes ;
  • Ainsi, l’environnement des enfants doit bien sûr être propre, mais pas au point de tout stériliser autour d’eux ! Leur système immunitaire doit apprendre à reconnaître ses ennemis ;
  • Des compléments alimentaires ciblés peuvent aider à booster nos défenses immunitaires d’une manière naturelle.
A propos de l'auteur
Paul Musset
Paul Musset
Docteur en pharmacie
Diplômé d’un doctorat en pharmacie de l’université de Reims, Paul Musset est passionné de médecine naturelle et de nutrition sportive. Il vous accompagne dans « Mon journal bien-être et beauté » en vous prodiguant ses conseils santé et bien-être.
Comment choisir le biberon parfait pour votre enfant ? ◀◀
Alopécie, calvitie : comment lutter de façon efficace contre la chute des cheveux ? ►►