Ongles rongés :
comment se débarrasser de cette mauvaise habitude ?

Ecrit par Marion, Esthéticienne / Cosméticienne | publié le | mis à jour le 30/03/2020

Ongles rongés : comment se débarrasser de cette mauvaise habitude ?

Petite manie occasionnelle et sans gravité la plupart du temps, l’habitude de se ronger les ongles a des conséquences esthétiques déplaisantes. Elle peut aussi, parfois, entraîner quelques complications.

Se ronger les ongles : un acte banal ou un « TOC » ?

Vous faites peut-être partie de ceux qui, sans même y penser, ne peuvent s’empêcher de grignoter leurs ongles en toute occasion ? Tout ce qui dépasse doit disparaître ! Parfois, si les ongles sont trop courts ou ne suffisent pas, les dents s’attaquent à la peau fragile tout autour (les cuticules et l’éponychium, qui protège la base de l’ongle). Chez certaines personnes faisant preuve d’une grande souplesse, on a pu observer le même phénomène porté sur les ongles de pieds !

Le nom savant de cette mauvaise habitude, c’est l’onychophagie. Ce trouble est extrêmement fréquent puisqu’environ un Français sur trois est concerné au cours de sa vie. Si c’est occasionnel, si on le fait parce qu’on ne supporte pas la sensation d’un ongle trop long ou un peu cassé et qu’on n’a pas de ciseaux sous la main, ou si on se mordille les ongles à une occasion de grand stress, pas de problème. Mais chez certains, cette manie va si loin qu’elle entre alors dans la catégorie des « TOC », les troubles obsessionnels compulsifs… Ongles rongés jusqu’au sang et peau à vif sont les signes qu’il est temps de se prendre en main

Et l’onychotillomanie ?
Que décrit donc cet autre terme barbare ? C’est un trouble voisin de l’onychophagie, mais dans ce cas, il ne s’agit pas de se ronger les ongles : c’est ici l’index qui vient triturer les cuticules et l’éponychium en permanence, jusqu’à abîmer la matrice de l’ongle, qui pousse alors tout déformé. Des stries transversales et des boursouflures correspondant aux microtraumatismes quotidiens apparaissent et se succèdent avec la pousse de l’ongle.

Quelles sont les conséquences possibles de l’onychophagie ?

Se ronger les ongles n’entraîne aucune conséquence grave dans la plupart des cas. Cependant, lorsque cette habitude devient une véritable addiction, elle peut générer bien des désagréments. Le moins grave est d’ordre esthétique. C’est toujours un peu frustrant de ne pas pouvoir arborer de jolis ongles sains, vernis ou non, sur une peau bien protégée ! Mais, au-delà de l’aspect désagréable, à force de microtraumatismes, on peut provoquer des épisodes de paronychie (inflammation douloureuse du repli unguéal, la peau qui entoure l’ongle, souvent surinfectée par des bactéries). C’est aussi une porte d’entrée pour de redoutables sources d’infection pouvant aller jusqu’à la septicémie.

En se rongeant les ongles, on maintient aussi un milieu humide qui peut favoriser l’apparition de mycoses de l’ongle, lesquelles sont parfois longues et difficiles à éradiquer totalement (plusieurs mois). Cette habitude peut aussi entraîner des lésions buccales ou dentaires. Ces micro-blessures seront facilement colonisées par toutes sortes de microbes, les patients n’étant pas forcément en situation de se laver les mains à chaque fois qu’ils ont le réflexe de porter les doigts à leur bouche… Enfin, ce geste n’étant pas toujours conscient, il peut être dangereux dans certains cas, lorsque la personne est en train de manipuler des produits chimiques ou des plantes toxiques par exemple. Il vaut donc mieux faire attention, d’autant plus que, lorsque se ronger les ongles prend trop de place dans la vie, cette habitude peut être le symptôme d’un mal-être plus profond qu’il n’apparaît.

Pourquoi se ronger les ongles ?

La première explication qui vient à l’esprit pour expliquer les phases d’onychophagie, c’est le stress et l’anxiété. C’est le cliché du lycéen qui attend ses résultats du bac, ou celui du candidat dans la salle d’attente avant un entretien d’embauche, tous deux occupés à se grignoter anxieusement les ongles… Pourtant, le stress et la nervosité semblent ne pas être les facteurs les plus déterminants, si l’on en croit une étude réalisée au Canada en 2015.

Lors de cette étude, les participants ont été mis dans des situations soit de stress, soit de détente, soit de sentiment de frustration, soit encore d’ennui. Il semblerait que les deux situations ayant généré le plus de réactions de rongeage d’ongles soient la frustration et l’ennui. Cette étude avait commencé par un interrogatoire approfondi sur la personnalité de chacun des participants. D’un point de vue statistique, ceux qui étaient le plus sujets à l’onychophagie étaient les plus indécis, les moins organisés dans la vie courante, les moins aptes à prendre facilement des décisions sans trop d’hésitation. Les personnes les plus perfectionnistes, ayant de grandes exigences, parfois trop lourdes, pour elles-mêmes, et donc une crainte importante de l’échec, étaient également très portées à se ronger les ongles.

Comment arrêter de se ronger les ongles ?

Pour éviter d’avoir des problèmes d’infection ou de mycose, pour le plaisir d’avoir de beaux ongles mais aussi pour éviter d’être catalogué(e) au premier coup d’œil comme une personne très nerveuse, il vaut la peine d’essayer de se débarrasser de l’onychophagie. Comment arrêter de se ronger les ongles ? La simple volonté de ne plus le faire est souvent insuffisante. Il faut mettre en place une stratégie...

Il y a plusieurs méthodes.

  • Il existe des vernis au goût amer, comme ceux que l’on utilise également pour que les enfants cessent de sucer leur pouce. Certains peuvent s’habituer au goût et passer outre, mais pour de nombreuses personnes, c’est une méthode simple et qui fonctionne très bien. Cocooncenter vous propose des vernis amers pour arrêter de se ronger les ongles. Ce sont des produits de qualité, sans danger, qui vous aideront à tirer un trait sur cette mauvaise habitude.
  • On préconise parfois de poser de faux ongles. Ceux-ci ont l’avantage de masquer les « dégâts » et de dissuader de les poursuivre.
  • Le « découplage » consiste à remplacer la mauvaise habitude par une autre, comme mâcher un chewing-gum ou autre chose, mais le problème, c’est que la nouvelle habitude mise en place peut être mauvaise elle aussi et, dans tous les cas, le « TOC » est toujours présent.
  • Prendre conscience des moments où l’on se ronge les ongles, puis se poser des petits défis : passer une heure sans y toucher, puis deux heures, un jour, deux jours… Avec éventuellement des « récompenses », telles que s’offrir un petit plaisir en cas de réussite.
  • Placer un pansement sur un des doigts de chaque main le temps que les ongles repoussent. Puis deux doigts… Puis trois… etc. La technique ne passe pas inaperçue, mais c’est une raison de plus pour arrêter une bonne fois pour toutes !
  • L’hypnose donne parfois de bons résultats, comme pour toutes les addictions.
  • Si l’onychophagie revêt une forme envahissante, il peut être intéressant d’entreprendre une psychothérapie pour en rechercher l’origine et prendre le problème à la racine.

Les ongles rongés, parfois depuis l’enfance, c’est une habitude dont il est difficile de se débarrasser. Pourtant, ce n’est pas une fatalité ! Même pour les plus « mordus », il est possible d’avoir enfin de beaux ongles sains et proprement coupés aux ciseaux !

Les trois points clés à retenir sur l'onychophagie :

  • Se ronger les ongles peut paraître une habitude innocente et banale, mais elle peut entraîner des conséquences néfastes pour la santé ;
  • Simple nervosité ou mal-être plus profond, il est intéressant d’observer les moments où le réflexe se déclenche pour mieux comprendre son origine ;
  • Et pour rassurer ceux qui ont toujours en tête la menace « arrête de te manger les ongles, tu vas avoir l’appendicite », aucune étude ne semble entériner ce danger ! Cela dit, prudence est mère de sûreté…
A propos de l'auteur
Marion
Marion
Esthéticienne / Cosméticienne
Diplômée en Esthétique/Cosmétique, Marion est spécialisée dans les soins dermo-cosmétiques et le maquillage. A travers « Mon journal bien-être et beauté », elle vous aide à prendre soin de votre visage et de votre corps en vous prodiguant ses conseils beauté.
Les vergetures : ces petites cicatrices disgracieuses qui nous font la vie dure... ◀◀
Désagréments du rasage : comment les éviter ? ►►