Comment choisir et utiliser les probiotiques ?

Ecrit par Paul Musset, Docteur en pharmacie | publié le | mis à jour le 13/01/2020

Comment choisir et utiliser les probiotiques ?

Bactéries ou levures, les probiotiques sont naturellement présents dans notre organisme (notamment dans la flore intestinale) et contribuent à des renforcer l’immunité ou la digestion. Découvrez-en plus sur les probiotiques : ceux à privilégier selon vos besoins, sous quelles formes, combien de temps faire une cure…

Focus sur les probiotiques

Probiotiques : de quoi s’agit-il ?

Selon l’Organisation mondiale de la santé, les probiotiques sont des micro-organismes vivants qui impactent positivement la santé de l’hôte quand ils sont ingérés en quantité suffisante. Les probiotiques constituent la flore buccale, intestinale et vaginale. Leur présence permet notamment de contrer la prolifération des micro-organismes nuisibles.

Les souches de probiotiques les plus utilisées

Les souches de probiotiques sont variées. On distingue les bifidobactéries, les lactobacilles, les streptocoques et les levures.

  • Les bifidobactéries appartiennent à la famille de bactéries utiles dites « lactiques ». Elles ont un rôle dans la fermentation du lait dans le cas de la fabrication de fromages et de yaourts. Elles sont hébergées par le côlon et tuent les mauvaises bactéries.
  • Les lactobacilles sont de bonnes bactéries hébergées par l’intestin grêle. Elles participent à la digestion des produits laitiers et du lactose, le sucre issu du lait.
  • Les streptocoques sont, pour un certain nombre d’entre eux, dangereux pour la santé. Pourtant les souches Streptococcus thermophilus et Streptococcus faecium sont classées parmi les probiotiques. Le premier favorise la digestion du lactose et le second peut diminuer les réactions inflammatoires de la maladie de Crohn.
  • Les levures sont des champignons unicellulaires capables de participer à la fermentation des matières organiques animales ou végétales. S. boulardii est connue sous le nom d’ultra-levure. C’est le plus vieux probiotique. Il est utilisé notamment pour limiter les effets délétères des antibiotiques sur la flore intestinale.

Quels probiotiques trouve-t-on dans l’alimentation ?

On trouve des probiotiques dans de nombreux aliments du quotidien :

  • Les yaourts et laits fermentés (lait ribot…)
  • Le kéfir, le kombucha, les bières non pasteurisées…
  • Les fromages persillés (bleu…) et certains avec croûte fleurie (camembert…)
  • Les dérivés du soja : shoyu, miso…
  • La choucroute crue, le pain au levain, la levure de bière…
  • Les olives, cornichons…

Il est à noter que les procédés de conservation comme la pasteurisation et la stérilisation diminuent fortement le taux de probiotiques naturels. Un aliment intéressant sur le plan nutritionnel sera en général cru et peu transformé.

Le kombucha, un aliment particulièrement riche en probiotiques
Le kombucha est une boisson sucrée légèrement gazéifiée obtenue par la fermentation de champignons et bactéries dans un thé vert, noir ou une tisane. Surnommé « élixir vivant » ou « boisson d’immortalité », le kombucha renferme de nombreuses souches de probiotiques et des nutriments divers. On lui prête de nombreuses vertus, notamment des effets anticancers.

Les probiotiques en compléments alimentaires

La forme la plus utilisée pour les probiotiques en compléments alimentaires est la capsule ou la gélule. Une capsule est une enveloppe dure (gélule) ou molle qui renferme au moins un principe actif. Elle est destinée à être avalée par voie orale. Les probiotiques existent également en sachets de poudre à diluer dans un verre d’eau. On trouve aussi des probiotiques sous des formes plus originales comme des déodorants, des tampons… Découvrez sur Cocooncenter l’ensemble de nos gammes de probiotiques sous toutes leurs formes.

Probiotiques : des actions générales aux plus spécifiques sur l’organisme

Les effets communs des probiotiques

De manière générale, on attribue aux probiotiques la capacité à maintenir et renforcer la flore intestinale, à stimuler le système immunitaire et à neutraliser les toxines. Ils permettent également la réduction de l’inflammation, le renforcement de l’ensemble des muqueuses de l’organisme et l’amélioration des troubles digestifs fonctionnels. Enfin, ils régulent la production des neuromédiateurs intestinaux, améliorent la digestion du lactose et réduisent l’assimilation de cholestérol alimentaire. Ainsi, selon les troubles observés il est possible de déterminer quand prendre des probiotiques.

Quelles applications spécifiques selon les souches ?

Les probiotiques peuvent aussi être utilisés pour des applications spécifiques de traitement ou de soin dont voici quelques exemples. Des souches précises sont recommandées selon le problème à traiter.

  • Prévention et traitement de la diarrhée : les lactobacilles et la levure Saccharomyces boulardii permettent de diminuer fortement le risque de contracter cette affection.
  • Infections à Helicobacter pylori : c’est une infection très répandue. Elle provoque gastrites et ulcères gastroduodénaux. Les bactéries lactiques de lait fermenté (lactobacilles et bifidobactéries), combinées à la trithérapie classique, augmentent les chances de guérison et réduisent les effets indésirables du traitement classique. On utilisera notamment le Lactobacillus johnsonii.
  • Intestin irritable : les symptômes de cette affection particulièrement douloureuse peuvent être améliorés par un mélange de lactobacilles, de bifidobactéries, de levures et de streptocoques spécifiques. Les douleurs sont atténuées, ainsi que les flatulences et les ballonnements.
  • Perte de poids : pour maigrir, certaines souches de probiotiques seraient efficaces comme le Lactobacillus gasseri et le Lactobacillus rhamnosus. Elles permettent en effet de lutter contre la prise de poids en diminuant les graisses abdominales et corporelles.

Au-delà de ces exemples courants, certaines souches peuvent aussi traiter ou aider à traiter les vaginites, l’eczéma, les colites, les infections respiratoires et gastro-intestinales… Les probiotiques seraient même utiles en soutien pendant la grossesse ou en cas de troubles autistiques, Alzheimer…

Prise de probiotiques : bonnes pratiques et précautions

Posologie des probiotiques : quelles doses et combien de temps ?

Les capsules entérosolubles de probiotiques sont à privilégier, elles se dissolvent dans l’intestin. Elles évitent ainsi la destruction des principes actifs par l’estomac qui a tendance à en détruire 90 %. L’arrivée des probiotiques vivants est la condition indispensable pour que leurs effets soient effectifs. Les doses de probiotiques se mesurent en UFC. Les dosages sont indiqués sur les boîtes et vont généralement de plusieurs millions à plusieurs milliards de micro-organismes par dose. La durée des cures de probiotiques est aussi indiquée sur les emballages en fonction des symptômes à traiter.

Précautions

Contre-indications

Les probiotiques ne doivent pas être utilisés sans avis médical si le système immunitaire est faible à cause d’une maladie (sida…) ou d’un traitement médical (chimiothérapie, radiothérapie…). Ils ne doivent pas non plus être utilisés en cas de nausées, vomissements, fièvre, diarrhées contenant du sang ou d’importantes douleurs au ventre.

Effets indésirables

Les probiotiques peuvent parfois engendrer l’apparition de gaz intestinaux et d’une irritation légère de l’intestin. Il sera alors conseillé de commencer la prise par de petites doses afin que l’organisme ait le temps de sécréter des enzymes adaptés.

Les probiotiques sont naturellement présents dans notre organisme et le protègent. Baisse du système immunitaire, régime, intolérance au lactose… En veillant à respecter les doses recommandées, certaines souches de probiotiques sous forme de compléments alimentaires peuvent s’avérer très utiles dans de nombreux cas.

Probiotiques, les trois points clés à retenir :

  • Il existe autant de formes de probiotiques (aliments, capsules, tampons, yaourts concentrés…) que de souches.
  • Les effets des probiotiques sont multiples, ils peuvent être utilisés pour traiter de nombreux maux, mais aussi en complément de certains traitements.
  • Leur consommation doit respecter certaines précautions et peut notamment être contre-indiquée en cas de déficit immunitaire ou pour les bébés prématurés.
A propos de l'auteur
Paul Musset
Paul Musset
Docteur en pharmacie
Diplômé d’un doctorat en pharmacie de l’université de Reims, Paul Musset est passionné de médecine naturelle et de nutrition sportive. Il vous accompagne dans « Mon journal bien-être et beauté » en vous prodiguant ses conseils santé et bien-être.
Aromathérapie : petit guide pour les débutants ◀◀
La gelée royale, un concentré de bienfaits ►►