Troubles du sommeil :
comment aider son enfant à mieux dormir ?

Ecrit par Paul Musset, Docteur en pharmacie | publié le

Troubles du sommeil : comment aider son enfant à mieux dormir ?

Pour quelles raisons un enfant peut-il avoir des difficultés à bien dormir ? Comment assurer pour toute la famille des nuits paisibles ? Les troubles du sommeil chez l’enfant sont fréquents. Entre angoisses, cauchemars et difficultés à s’endormir, les nuits des plus petits ne riment pas toujours avec calme et apaisement. Tour d’horizon des raisons et des solutions qui gravitent autour des troubles du sommeil chez l’enfant.

Troubles du sommeil chez l’enfant : explications

Pourquoi le sommeil est-il indispensable pour un enfant ?

Le sommeil est un besoin fondamental chez l’Homme en général. Cette phase de repos permet à l’organisme de refaire le plein d’énergie. Elle favorise également le renouvellement cellulaire. Chez l’enfant, le sommeil est à l’origine d’un processus supplémentaire : son bon développement physique, psychique et cognitif. En effet, la nuit, le corps sécrète une hormone qui stimule la croissance. Par ailleurs, il agit sur le cerveau en favorisant sa maturation.

Les types de troubles du sommeil chez l’enfant

Tout comme les adultes, les tout-petits peuvent être sujets à des difficultés d’endormissement ou à des réveils intempestifs au cours de la nuit. Outre ces insomnies, les bébés et les jeunes enfants sont souvent confrontés à d’autres formes de troubles du sommeil, appelées également parasomnie. Cela regroupe les cauchemars et les terreurs nocturnes.

Le saviez-vous ?
Entre 20 et 30 % des enfants de moins de 6 ans sont confrontés à des troubles du sommeil. Ce taux passe à 10 % pour les 6-12 ans et remonte à 15 % chez les adolescents.

Les causes

Les raisons qui favorisent les troubles du sommeil chez l’enfant peuvent être multiples. Parmi les plus fréquentes, on retrouve :

  • les troubles ORL : le système immunitaire des bébés étant peu développé, ces derniers sont fréquemment touchés par des virus du type rhume, angine, laryngite, etc. La difficulté à respirer qui en découle ainsi que les autres symptômes associés (fièvre, douleur…) peuvent altérer le sommeil et favoriser les difficultés d’endormissement ou les réveils nocturnes ;
  • des coliques ;
  • les angoisses : elles peuvent être liées à de nombreux facteurs tels qu’un environnement anxiogène, un manque d’attention ou un changement de situation (déménagement, séparation, entrée en crèche, à l’école…) ;
  • un non-respect du rythme naturel : coucher trop tardif, rythme irrégulier.

Les symptômes

On parle généralement de difficultés d’endormissement lorsqu’un enfant met plus de trente minutes à s’endormir. Une fois cette phase passée, l’enfant peut également souffrir d’un sommeil agité durant lequel des périodes de réveil vont survenir. Le plus souvent, l’enfant ne parvient pas à se rendormir seul et l’intervention d’un parent pour l’apaiser et l’aider à retrouver le sommeil est indispensable. Ce processus peut se répéter plusieurs fois dans la nuit.

Les terreurs nocturnes se manifestent par une agitation de l’enfant qui semble être réveillé, alors qu’en réalité, il est endormi. Il peut se mettre à hurler, à sangloter, à transpirer, à prononcer des paroles incohérentes, ce qui conduit les parents à s’inquiéter. Une fois la crise passée, l’enfant se rendort et ne se souvient pas de cet épisode au réveil.

Le plus souvent, les terreurs nocturnes apparaissent sous forme de crises passagères. Toutefois, dans certains cas, le trouble peut persister durant plusieurs semaines et se répéter chaque nuit. Sans être alarmante, cette situation peut gêner les autres membres de la famille dont le sommeil est perturbé. Dans ce cas, nous vous conseillons de vous rapprocher d’un professionnel de santé pour des conseils.

Lutter contre les insomnies chez l’enfant : les solutions naturelles

Le sommeil est non seulement vital pour la santé de l’organisme, mais également pour le bon développement des différentes capacités intellectuelles, physiques et sensorielles de l’enfant. Un manque important de sommeil peut entraîner des troubles du caractère (irritabilité, hyperactivité), une difficulté de concentration et de mémorisation, un surpoids.

Pour lutter contre les troubles du sommeil chez l’enfant, plusieurs bonnes pratiques peuvent être envisagées.

Adopter des rituels du coucher

À leur naissance, les bébés ne font pas de différences entre le jour et la nuit. Ce n’est qu’au bout de quelques mois que le nourrisson est capable de réguler son cycle de sommeil en opérant une longue phase de repos la nuit. Toutefois, ce changement de rythme n’est pas toujours évident. Pour aider bébé à faire ses nuits et à adopter un rythme régulier de sommeil, il est conseillé de lui donner des repères qui se traduisent généralement sous forme de petits rituels. Il s’agit alors d’adopter chaque soir exactement les mêmes gestes et de veiller à respecter une heure fixe de coucher. Il n’existe pas de règles en matière de rituel, l’essentiel est de trouver une routine du coucher qui favorise l’apaisement de l’enfant.

Profiter des bienfaits des plantes

Un cadre dédié au coucher, c’est déjà un bon moyen de mettre votre enfant en bonne condition de sommeil. Toutefois, cela ne suffit pas toujours, et certains enfants se révèlent être plus difficiles à apaiser (angoisses persistantes, trop-plein d’énergie…).

Dans ce cas, il est possible de l’aider à profiter d’un repos réparateur grâce au soutien de compléments alimentaires dédiés au sommeil de l’enfant. Ces derniers se présentent sous forme de sirops à base de plantes reconnues pour leurs vertus apaisantes (camomille, verveine, mélisse, fleur d’oranger, etc.).

Utiliser des accessoires favorisant le sommeil

L’environnement de la chambre d’un nourrisson ou d’un jeune enfant est également un facteur clé de réussite dans la quête de nuits paisibles. Pour favoriser un bon sommeil, il faut que la chambre représente un endroit rassurant pour l’enfant. C’est pourquoi disposer dans son lit des accessoires familiers comme un doudou ou un vêtement portant l’odeur des parents peut favoriser l’endormissement.

Par ailleurs, pour bien respirer la nuit, la chambre ne doit pas être trop chauffée. Toutefois, dans la mesure où la température de bébé baisse la nuit, il faut tout de même veiller à ce qu’il ne soit pas non plus réveillé par le froid. Dans ce cas, l’utilisation d’une bouillotte peut s’avérer très utile. Qui plus est, la bouillotte est également très efficace pour calmer les troubles digestifs qui peuvent également perturber le sommeil de bébé.

Consulter un spécialiste

Lorsque le trouble du sommeil persiste chez l’enfant, une consultation médicale peut s’avérer utile. Des méthodes de médecine douce telles que l’ostéopathie peuvent notamment être envisagées pour aider bébé à trouver un rythme de sommeil régulier.

Pour bien grandir, l’enfant a besoin de bien dormir. Pour l’aider à profiter d’un sommeil réparateur et bénéfique, les remèdes naturels sont de véritables alliés.

Les trois points clés à retenir sur les troubles du sommeil chez l’enfant :

  • Chez l’enfant, le sommeil est essentiel pour garantir un bon développement autant sur le plan physique que sur le système cognitif ;
  • Les troubles du sommeil chez l’enfant sont fréquents. Ils se traduisent le plus souvent par une difficulté à l’endormissement et des réveils nocturnes intempestifs ;
  • Pour aider un enfant à profiter d’un sommeil adapté à son besoin, des compléments alimentaires sous forme de sirop peuvent être envisagés.
A propos de l'auteur
Paul Musset
Paul Musset
Docteur en pharmacie
Diplômé d’un doctorat en pharmacie de l’université de Reims, Paul Musset est passionné de médecine naturelle et de nutrition sportive. Il vous accompagne dans « Mon journal bien-être et beauté » en vous prodiguant ses conseils santé et bien-être.
Télétravail : améliorer sa concentration pour gagner en efficacité ◀◀