Blue Monday :
comment résister à la morosité hivernale ?

Ecrit par Paul Musset, Docteur en pharmacie | publié le

Blue Monday : comment résister à la morosité hivernale ?

La fameuse déprime du « Blue Monday » a-t-elle un fondement scientifique ? Vrai ou faux, il n’en est pas moins avéré que le moral est mis à rude épreuve en cette période hivernale ! Comment garder le sourire au cœur des frimas ?

Le Blue Monday : info ou intox ?

Le Blue Monday désigne le jour réputé le plus triste de l’année selon Cliff Arnall, un psychologue, professeur à l’Université de Cardiff. En 2005, il a révélé que le troisième lundi de janvier est le jour le plus propice à la déprime. Pourquoi ? Plusieurs facteurs y contribuent : le fait que ce soit un lundi, avec toute une semaine de travail devant soi. Sans oublier que le 3ème lundi du mois, le salaire n’est pas encore arrivé et les finances ne sont pas au top, surtout après les fêtes de fin d’année. C’est aussi selon lui le moment où l’on abandonne ses bonnes résolutions de début d’année, d’où un certain sentiment d’échec. Enfin, le temps n’est généralement pas au beau fixe et les jours sont encore très courts.

La déprime hivernale : une réalité

Pour autant, on ne peut nier qu’il y a une baisse de moral chez beaucoup d’entre nous à la saison froide. Cette déprime passagère porte même un nom : le « Trouble Affectif Saisonnier », ou TAS. Il concernerait jusqu’à 15 % de la population en France. Ses symptômes peuvent varier du simple « coup de blues » de quelques jours à une véritable dépression saisonnière qui dure deux ou trois mois. Cependant, la plupart du temps il s’agit plus d’un sentiment de grosse fatigue mêlé à un manque d’énergie et d’entrain, de la somnolence, qui peut parfois être associé à une baisse de la libido... et à une augmentation de l’appétit. D’où l’installation de quelques kilos en trop qui n’arrangent rien à la situation.

À quoi est due la baisse de tonus saisonnière ?

Les causes de cette déprime hivernale correspondent en partie à celles évoquées pour le Blue Monday. Il y a également une raison physiologique : c’est la réduction de notre exposition à la lumière naturelle. En effet, notre rythme biologique est en partie calqué sur celui du soleil. Si nous avons davantage sommeil en hiver, ce n’est pas par hasard. La lumière est captée par notre rétine et transformée en signaux envoyés à notre cerveau, qui commande la production de certaines substances par l’organisme. Lorsque la lumière baisse, le soir, la glande pinéale, située dans le cerveau, produit de la mélatonine, ce neurotransmetteur qui prépare au sommeil. Au matin, lorsque le soleil se lève, la mélatonine diminue et nous nous trouvons en état d’éveil. Lorsque l’exposition à la lumière fait défaut parce que les jours diminuent et que l’on s’enferme davantage, la production de mélatonine ne cesse pas le matin comme elle le devrait, et l’envie de dormir se prolonge : c’est l’hypersomnie.

Il existe aussi une autre substance appelée sérotonine, dont la production est associée à un sentiment de bien-être pendant la journée. La nuit, la sérotonine devient un précurseur de la mélatonine, c’est-à-dire qu’elle participe à sa production.

Or, si la mélatonine continue d’être produite au petit matin à cause du manque de lumière, la sérotonine, monopolisée par la fabrication de la mélatonine, ne peut alors plus influer sur votre bien-être.

Hiver et baisse de moral : que faire ?

La lumière pour remédier à la déprime saisonnière

Le manque de lumière joue un rôle important dans le coup de blues de l’hiver. Pour mettre plus d’éclat dans nos journées, sortir le plus possible et au moins une heure quotidiennement pour s’exposer à la lumière naturelle est un bon début. Même par temps nuageux, la luminosité extérieure est bien supérieure à ce que l’on peut recevoir dans une habitation. D’autant plus que les lampes ordinaires ne fournissent pas un spectre lumineux équivalent à celui de la lumière du soleil.

Vous pouvez aussi faire quelques aménagements chez vous : de plus grandes fenêtres, des murs de couleur claire, des miroirs savamment disposés peuvent illuminer votre intérieur et votre moral. Il existe également des lampes à luminothérapie qui imitent la lumière solaire. Une exposition d’une demi-heure le matin, à 50 cm, fera comprendre à votre cerveau qu’il est temps de se réveiller et vous mettra de bonne humeur. Les couleurs ont aussi une influence sur le moral. N’hésitez pas à ajouter des tons chauds (orange, jaune, rouge...) dans votre environnement. Décor, coussins, vêtements : il n’est pas nécessaire de s’habiller en noir ou en gris parce que c’est l’hiver.

Les autres alliés de la lutte contre la dépression automnale

L’aromathérapie

Utilisant la puissance des huiles essentielles, l’aromathérapie peut vous aider. Certaines huiles soutiendront votre humeur, comme celle de l’encens. Les huiles essentielles de pin ou de citron vous aideront à surmonter la fatigue, d’autres encore comme la lavande faciliteront votre endormissement.

La musique

Avez-vous déjà ressenti combien les premières notes d’une chanson familière et rythmée peuvent nous donner une soudaine bouffée d’énergie et de bonne humeur ? Envie de bouger, de danser, la musique a des pouvoirs presque magiques. Optez pour des chansons bourrées d’énergie qui vous rappelleront des souvenirs agréables et transmettront à votre organisme leurs bonnes vibrations !

L’activité physique

Le sport permet de se sentir bien dans son corps. Il doit être pratiqué avant 17 h pour ne pas perturber le sommeil nocturne. L’activité physique a de nombreuses conséquences physiologiques, parmi lesquelles la libération d’endomorphines euphorisantes et antidouleur. Si vous pratiquez en extérieur, vous bénéficierez en plus de la luminosité ambiante et, si vous avez la possibilité d’aller en forêt ou en bord de mer, vous respirerez un air chargé en ions négatifs aux effets positifs sur la santé.

Une alimentation saine

Veillez à manger équilibré avec un apport suffisant en vitamines, notamment la vitamine D qui, l’été, est synthétisée à 90 % par l’exposition au soleil, mais qui peut faire défaut l’hiver. Il existe dans le cerveau des récepteurs spécifiques à la vitamine D, dont une carence est un facteur de risque de dépression. Elle est notamment présente dans les poissons gras et l’huile de foie de morue. Buvez des tisanes aux plantes ayant un effet sur l’humeur, comme la valériane ou la passiflore pour améliorer le sommeil, le ginseng ou le romarin pour garder le moral. Vous pouvez aussi consommer des compléments alimentaires qui vous aideront à rester énergique et de bonne humeur tout l’hiver. Une cure de magnésium ou de vitamines pourront vous aider à palier ces carences communes à la période hivernale.

L’effet des ions sur l’organisme
L’air que nous respirons contient des particules chargées électriquement, les ions. Ce sont des molécules ayant gagné (ions négatifs) ou perdu (ions positifs) des électrons. Selon certaines théories, ces ions que nous respirons ont une influence sur notre organisme, notamment sur la perméabilité de la membrane de nos cellules aux éléments nutritifs. Les ions négatifs ont des effets... positifs. Cela expliquerait en partie le bien-être que nous ressentons en forêt, près d’une cascade ou lorsque souffle un vent frais vivifiant, car ce sont des sources d’ions négatifs. En revanche, les ions positifs sont très nombreux dans les habitations, dans les villes polluées, autour des appareils électriques, des écrans, etc. Ils pourraient favoriser le stress, les migraines, les troubles du sommeil et l’irritabilité.

Après la pluie, le beau temps ! La nature a besoin du sommeil de l’hiver pour préparer son épanouissement printanier. Ne voyons pas cette période comme un sombre tunnel, mais tel un moment d’intériorisation et de cocooning.

Les trois points clés à retenir sur le Blue Monday :

  • Le manque de lumière est l’une des principales raisons de la déprime hivernale.
  • Lumière, sport, musique et nature sont vos alliés pour garder le moral !
  • Continuez à vous alimenter sainement et pensez à la vitamine D.
A propos de l'auteur
Paul Musset
Paul Musset
Docteur en pharmacie
Diplômé d’un doctorat en pharmacie de l’université de Reims, Paul Musset est passionné de médecine naturelle et de nutrition sportive. Il vous accompagne dans « Mon journal bien-être et beauté » en vous prodiguant ses conseils santé et bien-être.
Les maux de l’hiver : comment soigner des mains gercées ? ◀◀
Comment apaiser les troubles digestifs liés au stress ? ►►