Équilibre de la flore vaginale :
le coeur fragile de l’intimité féminine

Ecrit par Paul Musset, Docteur en pharmacie | publié le

Équilibre de la flore vaginale : le coeur fragile de l’intimité féminine

Le vagin est l’un des organes du corps féminin les plus fragiles. Une hygiène mal adaptée, la prise d’un médicament, le stress ou encore une alimentation déséquilibrée peut suffire à déstabiliser la flore vaginale. Pourquoi est-elle si fragile ? Quel rôle joue-t-elle exactement ? Quels sont les risques d’une flore vaginale déséquilibrée, et comment éviter cela ?

La flore vaginale : qu’est-ce que c’est ?

Les lactobacilles : les bactéries alliées du vagin

Le vagin évolue dans un milieu où se côtoient des milliards de micro-organismes. Parmi ces derniers règnent les lactobacilles. Il s’agit d’une bactérie bénéfique pour l’organisme. Son rôle est de protéger l’appareil génital féminin d’une infection déclenchée par les mauvais microbes, qui sont eux aussi naturellement présents dans la flore vaginale.

Tant que le nombre de lactobacilles est supérieur à la quantité de germes potentiellement infectieux, les mauvais microbes restent inactifs et inoffensifs. C’est pourquoi, pour garantir ce rôle défensif, les lactobacilles profitent de leur surnombre pour former une sorte de film le long des muqueuses vaginales jusqu’à la vulve (entrée du vagin).

L’importance du maintien du pH vaginal

Le vagin évolue dans un environnement acide. Ce sont les lactobacilles qui maintiennent l’acidité de la flore vaginale grâce à l’acide lactique qu’ils produisent. Dans la mesure où les mauvaises bactéries ne se plaisent généralement pas en milieu acide, l’action des lactobacilles est donc essentielle pour éviter la prolifération des germes pathogènes. Pour rester sain, le vagin doit donc maintenir son acidité. Celle-ci se calcule au travers du pH (échelle de mesure qui indique le niveau d’acidité d’une solution et qui varie de 0 à 14). Moins le résultat est élevé, plus la solution est acide. Pour le vagin, le ph parfait se situe entre 3,8 et 4,5 (pH acide).

L’astuce pour vérifier son pH vaginal en moins d’une minute.
Pour s’assurer que son pH vaginal est suffisamment acide, une femme peut se servir d’un simple papier à pH disponible en pharmacie. Après l’avoir légèrement frotté contre les parois vaginales, il suffit de comparer la couleur obtenue au nuancier fourni avec le produit.

Déséquilibre de la flore intime : causes et conséquences

Les facteurs de troubles de la flore vaginale

Plusieurs facteurs peuvent être à l’origine d’une flore vaginale instable :

  • Un traitement à base d’antibiotiques ou de corticoïdes ;
  • Une hygiène inadaptée à la sensibilité de la flore bactérienne vaginale ;
  • Un excès d’hygiène intime ;
  • Un bouleversement hormonal (grossesse, ménopause) ;
  • L’âge ;
  • La fatigue ;
  • Le stress.

Les symptômes d’une flore vaginale déséquilibrée

Une flore intime instable entraîne souvent une gêne chez la femme. Celle-ci peut se présenter par divers symptômes :

  • Des sécrétions épaisses et mal odorantes ;
  • Des démangeaisons ;
  • Des brûlures ;
  • Des douleurs lors des rapports sexuels liées à une irritation.

Ces sensations ne sont pas systématiques et ne sont pas forcément le signe d’une infection. Toutefois, elles représentent une sorte de signal d’alarme pour la femme qui s’y trouve confrontée.

Les risques d’un dérèglement de la flore vaginale

Lorsque l’équilibre de la flore vaginale est rompu, cela signifie que les agents pathogènes deviennent plus nombreux que les bonnes bactéries. Ce phénomène expose le vagin à un risque d’infection. En effet, la diminution ou la destruction des lactobacilles réduit l’efficacité de la barrière protectrice qu’elles maintenaient. Les mauvaises bactéries ont alors le champ libre pour infecter la région vulvo-vaginale. L’infection principale et la plus fréquente liée à une flore déséquilibrée est la mycose vulvo-vaginale. Par ailleurs, un déséquilibre de la flore intime profond peut entraîner une vaginose bactérienne nécessitant la prise d’un traitement antibiotique.

Préserver l’équilibre de la flore intime : les bons gestes à adopter

Une hygiène adaptée

La flore vaginale est hypersensible et pour maintenir son acidité, elle demande une toilette intime spécifique. En effet, de nombreuses solutions lavantes telles que les gels douche ou les savons contiennent des agents trop agressifs et déshydratants pour la flore intime.

Pour assurer le maintien du pH acide de la sphère vaginale, il convient d’utiliser un pain dermatologique ou un gel intime spécifique et dédié à cette zone. En effet, ce type de produit contribue à l’hydratation des parties intimes tout en respectant son besoin en acidité.

Hygiène intime : quel est le bon geste ?
Une toilette intime se fait uniquement à l’extérieur des parties génitales. Il est fortement déconseillé d’insérer un produit de toilette intime à l’intérieur du vagin. Celui-ci aurait un effet trop décapant, et risquerait à terme de détruire la flore vaginale.

Notre sélection de savons liquides pour l'hygiène intime

Un déséquilibre avéré : Le soutien des probiotiques

Lorsque les symptômes d’une flore intime mal équilibrée se font sentir, il est possible d’effectuer un test pour en évaluer la qualité. Il s’agit du score de Nugent. En laboratoire, un prélèvement est effectué pour estimer la présence des germes naturellement présents dans le vagin.

L’échelle du score de Nugent va de 0 à 10. Un résultat compris entre 0 et 3 équivaut à une flore saine où les lactobacilles prédominent. À partir de 4, la flore commence à se déséquilibrer et il devient nécessaire d’agir pour éviter une infection.

Dans ce cas, un traitement à base de probiotiques peut être administré pour rééquilibrer la flore vaginale. Chez Cocooncenter, vous retrouverez plusieurs produits de grandes marques reconnus pour leur efficacité. Parmi eux, il y a notamment Médigyne, Fémibion ou encore Hydralin Flora.

Les erreurs à éviter pour maintenir un bon équilibre

La flore vaginale est très sensible et la maintenir à un pH favorable n’est pas toujours évident. Quelques habitudes qui peuvent paraître inoffensives peuvent à la longue modifier l’équilibre de la sphère féminine intime. Voici quelques exemples de mauvais réflexes qu’il convient d’éviter pour conserver une flore saine :

  • Procéder à une toilette intime excessive qui aurait un effet trop décapant ;
  • Porter des vêtements trop serrés ;
  • Porter trop souvent des sous-vêtements susceptibles de provoquer des irritations ;
  • Se laver l’intérieur du vagin ;
  • Conserver une protection périodique trop longtemps (risques d’irritations) ;
  • S’essuyer de l’arrière vers l’avant (risque de contaminer la zone vaginale par des germes pathogènes provenant de l’anus) ;
  • Utiliser un gel douche « classique » pour le corps au niveau des muqueuses vaginales.

Pour rester saine, la flore vaginale demande une attention et un soin particulier. Il suffit de peu de choses pour déstabiliser son intimité et rendre l’appareil génital vulnérable et propice à une invasion d’agents pathogènes. En négligeant le maintien de l’équilibre de leur flore, les femmes s’exposent au risque de développer une infection génitale telle que la mycose vulvo-vaginale.

Les 3 points clés à retenir sur l’équilibre de la flore vaginale :

  • Le vagin est composé de bonnes bactéries, les lactobacilles qui forment une barrière protectrice contre les infections ;
  • Le vagin évolue dans un environnement acide. Son pH idéal se situe entre 3,8 et 4,5 ;
  • Un déséquilibre de la flore vaginale augmente le risque de développer une infection génitale, telle qu’une mycose vaginale.
A propos de l'auteur
Paul Musset
Paul Musset
Docteur en pharmacie
Diplômé d’un doctorat en pharmacie de l’université de Reims, Paul Musset est passionné de médecine naturelle et de nutrition sportive. Il vous accompagne dans « Mon journal bien-être et beauté » en vous prodiguant ses conseils santé et bien-être.
Cheveux gras : comment dire adieu à leur aspect huileux ? ◀◀
Masque de grossesse : tout savoir sur l’hyperpigmentation des futures mamans ►►