Transpiration excessive :
à quoi est-elle due et comment la limiter ?

Ecrit par Paul Musset, Docteur en pharmacie | publié le | mis à jour le 30/03/2020

Transpiration excessive : à quoi est-elle due et comment la limiter ?

La transpiration est un processus naturel. Elle est même indispensable au corps pour évacuer un surplus de chaleur. Toutefois, certaines personnes peuvent souffrir d’une hyperhidrose ou transpiration excessive. Ce phénomène bénin peut entrainer une gêne importante, un mal-être ou même un véritable complexe pour celui ou celle qui en est victime. Mais quelles sont les causes d’une hypersudation ? Peut-on la contrer ? Voyons cela en détail tout de suite après une rapide présentation de ce trouble souvent très incommodant.

Hyperhidrose : Quand transpiration rime avec disproportion

Les différents types de transpiration

Ce sont les glandes sudoripares qui sont à l’origine de la transpiration. Ces dernières sont naturellement présentes sur toute la surface du corps avec une concentration plus importante au niveau des aisselles, de la plante des pieds et de la paume des mains.

La transpiration intervient lors de deux phénomènes :

  • La température extérieure augmente et devient plus élevée que celle de l’organisme ;
  • La température du corps augmente subitement suite à de la fièvre ou à une considérable dépense d’énergie (par exemple lorsque l’on fait du sport).

Dans les deux situations, l’hypothalamus (glande de notre cerveau) réagit à la hausse de la température corporelle en envoyant du sang vers la peau. Les glandes sudoripares qui relient les pores de la peau libèrent alors de l’eau, provoquant ainsi l’effet de transpiration.

Le saviez-vous ?
L’odeur désagréable qui accompagne souvent la transpiration n’est pas directement liée à celle-ci. Les responsables sont les micro-organismes présents sur la peau et qui se multiplient avec la sueur. Ces bactéries, favorisées par les follicules pileux, aiment particulièrement la chaleur des aisselles. C’est pourquoi les odeurs se concentrent essentiellement dans cette zone.

L’intérêt de transpirer

Transpirer est essentiel pour réguler la température corporelle et la maintenir à un niveau normal. Notre organisme est chaque jour soumis à des variations de température. Or, pour un bon fonctionnement, il a besoin de maintenir celle-ci aux alentours de 37 °C. La transpiration est donc nécessaire pour réguler la température corporelle.

En parallèle, la transpiration a d’autres utilités :

  • Elle contribue à l’élimination des déchets et des toxines présentes dans le sang ;
  • Elle agit comme mécanisme de défense contre un excès de chaleur interne (suite à de la fièvre par exemple) ;
  • Elle offre aux pieds et aux mains une meilleure adhérence.

Comment reconnait-on l’hypersudation ?

Transpirer est donc bénéfique et totalement naturel. Toutefois, lorsque la sueur devient trop importante et dépasse ce qui est physiologiquement nécessaire, elle peut être très incommodante.

Voici quelques exemples de situations qui peuvent être le signe d’une hypersudation :

  • Les mains et/ou les pieds sont moites en permanence ;
  • De simples mouvements entrainent un ruissellement de sueur ;
  • La transpiration est si importante qu’elle devient gênante au quotidien ;
  • Les auréoles provoquées sur les vêtements nécessitent de se changer plusieurs fois sur une même journée.

Sueur excessive : causes et conséquences

L’hyperhidrose primaire

C’est le type de transpiration excessive le plus fréquent. Elle est souvent localisée et se manifeste en général de façon symétrique ou bilatérale. On parle généralement d’hyperhidrose primaire lorsque l’hypersudation est présente sur une durée supérieure à 6 mois. Souvent d’ordre génétique, ce type de transpiration excessive fait son apparition avant le 25e anniversaire. L’hyperhidrose primaire n’est pas la conséquence d’une maladie.

L’hyperhidrose secondaire

C’est une pathologie qui est à l’origine de ce type d’hyperhidrose. Les sueurs abondantes peuvent alors être liées à une infection, un déséquilibre hormonal provoqué par certaines maladies, une obésité ou encore une forte anxiété. L’hyperhidrose secondaire peut être généralisée à tout le corps. Si celle-ci est localisée, contrairement à l’hyperhidrose primaire, elle est en principe unilatérale.

Les répercussions : de la gêne au handicap

Si l’hyperhidrose, notamment primaire, est sans gravité sur le plan de la santé, ses effets visibles et indésirables peuvent rendre le quotidien des personnes atteintes très difficile à supporter. Certaines personnes ne ressentiront qu’une simple gêne. Mais, pour d’autres individus, l’hyperhidrose peut être vécue comme un véritable handicap ou être à l’origine d’une vraie phobie sociale.

Limiter l’excès de transpiration : des solutions à portée de main

Pour moins transpirer et dire adieu aux complexes et à la gêne que peut entraîner une sudation importante, il existe des solutions propres à chaque partie du corps concernée.

Les soins spécifiques aux pieds et aux mains

En cas d’hyperhidrose palmaire, le simple fait de devoir saluer une personne en lui serrant la main peut rimer avec angoisse. Tout comme la plante des pieds, pour lutter contre les effets de la transpiration, les mains nécessitent un soin particulier. Grâce à la synergie de ses composants et notamment à la présence de sels d’aluminium, la crème anti-transpirante Hidrosis Control de la marque Ducray permet d’aspirer l’humidité, de supprimer les odeurs et d’assainir la peau.

La texture crémeuse non collante est particulièrement bien adaptée aux pieds et aux mains, car elle s’applique très simplement et permet une absorption rapide.

Les solutions pour des aisselles plus belles

L’anti-transpirant ou antisudorifique

Un déodorant, comme son nom l’indique, masque simplement les odeurs. À base de sels d’aluminium, les anti-transpirants diminuent la sueur sous les aisselles en resserrant les pores durant quelques heures. Ils contiennent également un principe actif antibactérien qui évite la prolifération des micro-organismes responsables des mauvaises odeurs.

Le détranspirant

Lorsque la transpiration excessive devient vraiment incommodante, un anti-transpirant ne suffit plus toujours à limiter la sueur. Les traitements à l’aide d’un détranspirant peuvent alors le remplacer. Son rôle consiste à créer un bouchon de kératine au niveau des glandes sudoripares. De cette manière, ces dernières sont mises au repos sans pour autant avoir un effet néfaste.

L’action des détranspirants a une durée d’efficacité comprise entre 2 et 7 jours.

Le saviez-vous ?
Le nombre de glandes sudoripares au niveau des aisselles représente seulement environ 1 % de la quantité totale présente dans tout le corps. Une hypersudation locale n’est donc pas une fatalité et la subir sans réagir n’a rien d’une obligation. Si les solutions locales sont inefficaces, n’hésitez pas à prendre l’avis d’un médecin, car il existe des traitements plus poussés : médicaments, ionophorèse, injection de toxine botulique.

La transpiration est indispensable au bon fonctionnement de l’organisme. Sans elle, la température ne pourrait être régulée et le corps risquerait dans certaines conditions de surchauffer. C’est pourquoi il est primordial de ne pas éradiquer le phénomène de transpiration sur tout le corps. Toutefois, il est tout à fait possible de la contrer localement à l’aide d’une solution bloquant l’action des glandes sudoripares, sans risque d’entraver la régulation thermique de l’organisme.

Les trois points clés à retenir sur la transpiration excessive :

  • La transpiration est un phénomène naturel et vital : il est impératif de ne pas la bloquer totalement ;
  • L’hyperhidrose n’est pas une fatalité : il existe des moyens simples pour la contrer ;
  • Un anti-transpirant réduit la transpiration locale alors qu’un détranspirant la bloque temporairement.
A propos de l'auteur
Paul Musset
Paul Musset
Docteur en pharmacie
Diplômé d’un doctorat en pharmacie de l’université de Reims, Paul Musset est passionné de médecine naturelle et de nutrition sportive. Il vous accompagne dans « Mon journal bien-être et beauté » en vous prodiguant ses conseils santé et bien-être.
Les poux : tout ce qu’il faut savoir pour en venir à bout ◀◀
Mycoses vaginales : explications et solutions ►►